TRAINING MASK 2.0

Aujourd'hui je vous propose de tester un accessoire assez peu connu du grand public, mais qui est utilisé dans certains sports. Le training mask 2.0 vous propose d'augmenter votre VO2 Max plus facilement qu'avec un simple entraînement.

Le concept est simple; Ce masque permet de simuler l'entraînement en haute altitude. Pour cela un argument commercial imparable, 20 minutes d'entraînement avec le masque équivaut à 60 minutes sans artifice. Mais que vaut-il vraiment ?

 

Je tiens à préciser que pour ma part j'utilise ce masque depuis plusieurs mois de manière assez irrégulière, c'est pourquoi j'ai souhaité l'essayer dans des conditions réelles de test.

Design :

Au premier abord, ce masque semble tout droit sorti du dernier Batman, où Bane porte un masque similaire à celui ci. Soyons honnête le design peut faire peur, il n'y à qu'à voir la réaction des gens lorsque vous allez courir dans la rue avec.. Cependant, quand on regarde le chemin parcouru en terme de design par rapport au training mask 1.0 (il s'agit littéralement d'un masque à gaz), cela peut sembler rassurant. Je trouve que malgré un look quelque peu agressif, il est assez sympa à regarder. de l'extérieur.

 

Test :

Pour réaliser le test, j'ai utilisé ce masque sur une période de 3 semaines à raison de 2 séances de course (au minimum de 30 minutes) et 1 séance de vélo hebdomadaire (de 45 minutes) à intervalles régulier. Les séances de courses se font le mardi et le samedi, tandis que la séance de vélo est le jeudi. J'ai réglé le TM 2.0 à une altitude de 6 000 pieds, c'est à dire environ 1 800 mètres d'altitude pour les deux premières semaines et j'ai essayé à 2700 mètres la troisième semaine.

Le masque est composé de plusieurs valves interchangeables (en blanc sur la photo), ce qui permet de régler l'altitude (en théorique).

 Ce test a été réalisé dans des conditions dites normales, c'est à dire en pleine ville et au niveau de la mer..

 

Lors de ces séances, la difficulté de respiration est très nette et le souffle résonne assez fort dans le masque. Dès la première séance on sent que la cage thoracique travaille plus que d'ordinaire. Directement après la fin de ce premier entraînement j'a une sensation inhabituelle au niveau du thorax, rien de dérangeant, je me dis que c'est parce que la séance a été bonne. Lors du vélo, le jeudi je me sens un peu compresser, je change donc ma position sur le vélo. J'ai tendance d'habitude à me mettre sur les prolongateurs (vélo de triathlon), mais là je dois me redresser afin de garder ouvert mes poumons. L'oxygène étant déjà moins présent avec le masque je ne peux en plus m'empêcher de respirer. Une fois la bonne position trouvé (qui est cependant moins aérodynamique) je reprend mon rythme sans problème. Le dernier entraînement de course à pied se passe sans encombre et je termine avec un temps similaire à mes chronos sans masque.

 

Pendant la deuxième semaine le rythme de croisière est trouvé, pas de difficultés majeures lors des séances, la respiration est toujours un peu délicate en début d'entraînement mais rien de bien méchant. J'ai même l'impression de trouver mon second souffle plus rapidement qu'à l'accoutumée, mais je n'ai aucune assurance que cela soit dû au port du masque, ou seulement à l'enchaînement des séances.. Une légère progression au niveau des chronos sur la course à pied mais rien de significatif.

 

Sur la troisième semaine lorsque je change le réglage pour augmenter l'altitude théorique, le temps d'adaptation se fait beaucoup plus vite que lors de la première séance d'entraînement. Mais le manque d'oxygène en devient très dérangeant. Je sens mon cœur battre plus vite qu'à l'accoutumé et beaucoup plus tôt dans la séance que d'habitude. Au final sur la séance de vélo, je pédale moins vite puisque j'ai plus de difficultés à respirer et de même sur la course, la progression au niveau des chronos que j'avais noté à disparu et je me retrouve même sur la séance du samedi, donc la dernière du teste avec des temps inférieur à ceux sans masque.

Sur cette dernière semaine je ne prend aucun plaisir à courir ni même à pédaler, je perd plus de temps à essayer de trouver la position et le rendement adéquat, que de seulement penser à avancer.

 

En ce qui concerne le confort, les matériaux sont bien choisis et les finitions de qualités. Je reprocherais cependant un maintien quelque peu léger, avec la transpiration le masque à tendance à tomber légèrement et ça en devient gênant lorsqu'il tire sur le haut des oreilles, même avec la lanière que l'on peut rajouter pour avoir un support supplémentaire.

 

Prix :

Compter environ 60 € pour la version 2.0 et 80 € pour la 3.0 suivant le site sur lequel vous le commandez.

 

Mon verdict :

Le training mask 2.0 part d'un principe de base assez simple. Son apport sur le court terme peut sembler réel, mais sur le long terme je ne pense pas qu'il permette de courir plus rapidement ni même d'être plus endurant. La difficulté de respiration peut effectivement être similaire à une certaines altitude mais la pression atmosphérique reste la même. Et c'est celle ci qui permet in fine un meilleur transport de l'oxygène vers les muscles (c'est la version courte sans le blabla médical) Je ne pense pas que ça soit un accessoire indispensable de vos séances d'entraînement, et au final rien ne remplace l'air pur des sommets pendant un stage d'entraînement en altitude. Autrement dit c'est un artifice dont on peut se passer, même si une ou deux séances avec le masque de temps en temps ne peut pas faire de mal.  

 

Efficacité :

2/5

Design :

3/5

Confort :

3/5

Rapport qualité/prix :

2/5


Écrire commentaire

Commentaires : 0